Signalétique bilingue : tout reprendre à zéro!

la taille consacrée à l’alsacien est absolument dramatique….et en dit long sur la perception de l’alsacien par ceux qui ont imaginé cette plaque.

Colmar 19 juin 2019

La signalétique est un domaine crucial de la promotion de la langue minoritaire à condition de respecter certains principes clés : Celui du respect du principe de “taille de caractère identique” entre les deux langues est fondamental au risque d’être contreproductif.

Un exercice contreproductif

Si l’on peut se réjouir du développement de plaques de rue bilingues, force est de constater que la taille accordée au nom de rue en alsacien en dit long sur l’importance accordée à cette langue..et un certain déficit de conscience identitaire . A force de ne pas avoir su respecter le sacro-saint principe de “taille de caractère identique” – en vigueur en Corse, au Pays Basque et en Bretagne, l’Alsace a finalement gravé l’infériorité de sa langue sur tous les murs. Néanmoins, nous avons à La Petite Pierre/Lützelstein (voir plus bas) la preuve que l’on peut bien faire les choses aussi en Alsace. Malheureusement Lützelstein, champion olympique de la signalétique bilingue en Alsace, est une exception

Eguisheim et Husseren-Les-Châteaux

La semaine dernière en descendant la route des cinq chateaux, je découvre que Husseren-Les-Châteaux et Eguisheim ont non seulement comme toutes les communes d’Alsace des panneaux comportant une inscription en alsacien bien plus petite que celle en français, mais elles ont battu tous les records de miniaturisation de la version alsacienne qui est illisible si on est à plus de 2 mètres du panneau.

Si on veut vraiment dévaloriser la langue alsacienne et montrer qu’elle est beaucoup moins importante que la langue française on peut pas mieux s’y prendre. “Cachez ce sein que je ne saurais voir¨!

Lorsque l’on sait l’importance de la visibilité de la langue dans l’espace public pour revaloriser la perception, c’est pour l’instant raté. La semaine dernière, un ami, Maire d’Andolsheim, qui souhaite développer les panneaux de rue bilingues, me dit qu’aucune indication n’a été donnée par la Région qui finance 40% du projet (% en vigueur pour les communes de plus de 2 000 habitants). Pourtant dès 2014, les Assises de la langue régionale de la Région Alsace avaient conclu dans leurs recommandations l’urgence de respecter le principe de “taille de caractère identique“. En juin 2018, le “Groupe Alsace” de la Region chargé de faire des recommandations pour une nouvelle politique linguistique a, dans ses conclusions, procédé aux mêmes recommandations.

Le risque d’institutionnaliser l’infériorité de notre langue

Nous courons le risque aujourd’hui d’institutionnaliser, à coût de dizaines de milliers d’euros par an, l’infériorité de notre langue et de graver cette infériorité sur tous nos murs. Les acquis de la psychologie sociale liée à l’environnement, notamment l’école culture et personnalité de l’anthropologie américaine (Edward T. Hall), nous ont montré l’importance de la signalétique publique sur la perception par le commun des mortels de réalités culturelles.

L’exemple breton de la plaque de rue à la signalisation routière

Exemple breton : taille de caractère identique entre l’Alsace en français et l’Alsace en breton

Mais cela ne s’est pas fait en 1 jour et il a fallu du temps pour gommer les vieilles habitudes et passer à l’égalité entre les langues. Sur le croquis suivant vous constaterez les évolutions dans certaines villes bretonnes.

A suivre les plaques corses et basques, et bruxelloises.

Au lien suivant ICI vous pouvez obtenir la plaquette conseil de l’institut culturel basque pour développer une signalétique bilingue respectueuse du principe “taille de caractère” identique.

Au Pays Basque, un bel exemple de bilinguisme français-basque, mais aussi de trilinguisme français-basque-gascon

Signalétique routière bretonne : bilinguisme systématisé

Bilinguisme français-flamand à Bruxelles

Rennes, Guingamp et ..Strasbourg

Lützelstein/Petite Pierre : champion olympique de la signalétique bilingue en Alsace

La proposition de loi “panneaux de signalisation” discutée au Sénat le 16 février 2011

A l’initiative du Sénateur Courteau, une première proposition de loi fut discutée sur cette question le 16 février 2011 au Sénat. Bien qu’adoptée au Sénat, la proposition ne fut jamais inscrite à l’ordre du jour de l’Assemblée nationale. Le texte initialement proposé était : « Les panneaux réglementaires d’entrée et de sortie d’agglomération apposés en langue française sur la voie publique peuvent être complétés du nom de cette agglomération en langue régionale. » M. Frédéric Mitterrand, ministre de la culture et de la communication, déclarait que l’avis du Gouvernement était favorable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *