Ouvrir une crèche en immersion en alsacien: Par ou commencer?

Micro crèche alsace
Micro crèche alsace

Il s’agit d’abord d’expliquer la pertinence de l’immersion en langue minoritaire et l’incidence sur le développement intellectuel en sachant qu’après 6 ans c’est trop tard et que les trois premières années sont dévisives. Tous les détails sont dans le projet de lettre  que nous invitons les maires a distribuer aux parents ayant des enfants de 0 à 4 ans. Cliquer ici pour la lettre.

Le soutien de Roger SIFFER. L’immersion c’est Roger Siffer qui en parle le mieux. Cliquez ici.

Il y a aussi la vidéo du président new-yorkais du FILAL qui a expliqué en 7 minutes sur Alsace 20 le principe de l’immersion en alsacien : cliquez ici

La crèche peut aussi devenir une opportunité d’emploi pour une ou plusieurs mamans. Il suffit qu’elles passent un “CAP Petite enfance” en ligne – cela dure moins d’un an – pour être agréée. Tous les renseignements pour obtenir ce CAP au lien suivant CAP  . Elles peuvent aussi contacter l’OLCA pour une formation complémentaire en alsacien.

S’agissant de l’aspect logistique, si on veut faire quelque chose de grand on peut aller vite avec des classes préfabriquées spécifiques aux crèches. Au lien ici un exemple de maternelles prefabriqués (Portakabin) .

Au-delà des informations pratiques, il est bon de savoir que l’immersion en langue minoritaire existe déjà depuis 40 ans pour la breton, basque, catalan et occitan.  Comment le basque est en train d’être sauvé (ici).  Il y a actuellement  1000 enfants en immersion en catalan à Perpignan (ici) . Et enfin les fantastiques bretons ICI

Vous aussi soutenez le FILAL

 

 

2 réponses

  1. Claudine Herrmann dit :

    Lettre ouverte à Monsieur le Président du FILAL,
    Cher Monsieur Kranzer,

    Maintenant que les élections législatives sont passées, que l’Alsacien n’est plus instrumentalisé à de basses fins électorales, et que j’ai pris un certain recul quant aux propos « malvenus » (je suis polie) des ambassadeurs de votre association, je souhaite, Monsieur le Président, vous faire partager mon ressenti.
    Je me présente, je m’appelle Claudine Herrmann, je suis maire de Nordhouse.
    Je suis alsacienne «pur beurre » j’ai grandi dans les années malheureuses de francisation à outrance. Je n’ai jamais parlé la même langue que mes grands-parents et nos échanges n’ont été que «discours à la suisse ». Frustrée j’ai intégré à 13 ans la troupe théâtrale alsacienne de mon village et j’ai appris à vivre, à aimer et à savourer la langue maternelle de mes parents. Mon Alsacien est loin d’être parfait…
    Permettez de vous dire que votre association qui défend une belle cause prend un cap loin de notre culture alsacienne. Une formation de vos ambassadeurs s’impose.
    Je m’explique : vos ambassadeurs se disent ambassadeurs n’en ont pas l’étoffe. Pétris de leurs certitudes qui frisent l’idéologie, ils usent d’une méthode peu courtoise pour arriver à leurs fins. Ils et elles se présentent à l’accueil d’une mairie d’un village ainsi et réclament :
    -une salle pouvant accueillir 50 personnes, avec rétroprojecteur (s’il vous plait) sans s’interroger si la salle leur sera mise à disposition gratuitement comme le ferait toute association et le cas échéant, remercier.
    – les noms et adresses des parents des enfants en maternelle et s’étonnent qu’on ne leur remette instamment ;
    Mais elles ou ils ne sollicitent même pas un entretien avec un élu pour expliquer leur démarche
    Ils ou elles ne s’informent pas des réalités et de l’histoire d’un territoire
    Elles ou ils ne savent même pas qu’une commune est engagée dans le bilinguisme autrement et qu’elle s’est peut être déjà vue décernée le prix HOLDERITH
    Elles et ils ne savent même pas que la commune depuis 25 ans propose des cours aux enfants de l’élémentaire dans la langue du voisin financés par la Commune
    Elles ou ils relayent les propos de quelques parents insatisfaits et ne font pas l’effort de les vérifier
    Ils ou elles diffusent et fustigent sur les réseaux sociaux mais ne savent faire la différence entre site et pôle bilingue
    Et puis, ils ou elles s’étonnent, s’offusquent que leur demande n’est pas audible pour un élu
    Ces ambassadeurs dépités, inaudibles, passent au plan B, et usent de tous les moyens pour trouver audibilité en politisant l’Alsacien via un parti régionaliste de repli. L’alsacien est apolitique, il se vit.
    Alors là non, certains de vos ambassadeurs portent un message loin de ce que mes grands-parents m’ont transmis -en alsacien- de leur culture, à moi, qui ne parlait que français. Je préfère rester une alsacienne de cœur en parlant peu ou pas alsacien ou en le parlant comme une vache espagnole, et puis je suis française et européenne, je vis à la croisée des chemins à l’image de Strasbourg et de l’Alsace

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *